L’Évolution, la Révolution et l’Idéal anarchique - Wikisource


AVERTISSEMENT




Ce livre est le développement d’un discours prononcé, il y a plus de vingt ans, dans une réunion publique de Genève et publié depuis en brochures de diverses langues.

E. R.xxxxx


Bruxelles, 15 juillet 1902.



TABLE DES MATIÈRES



Avertissement 
 i
I. Évolution de l’Univers et révolutions partielles. Acception fausse des termes « Évolution » et « Révolution ». Évolutionnistes hypocrites, timorés ou à courtes vues. Évolution et Révolution, deux stades successifs d’un même phénomène 
 1-20
II. Révolutions progressives et révolutions régressives. Événements complexes, à la fois progrès et regrès. Fausse attribution du progrès à la volonté d’un maître ou à l’action des lois. Renaissance, Réforme, Révolution française 
 21-56
III. Révolutions instinctives. Les Foules. Les Révolutions conscientes succédant aux révolutions instinctives. Révolutions de palais. Conjurations de partis. Contraste de l’élite intellectuelle et de l’aristocratie. Les politiciens 
 57-76
IV. Constatation précise de l’état social contemporain. Toute-puissance du capital. Transformations apparentes des institutions et leur régression fatale. L’État, Royauté, cultes, magistrature, armée, administration. Esprit de corps. Le patriotisme, l’ordre, la paix sociale 
 77-118
V. L’idéal évolutionniste, le but révolutionnaire. Le « pain pour tous ! » La pauvreté et la « loi de Malthus. » Suffisance et surabondance des ressources. Idéal de la pensée, de la parole, de l’action libres. Anarchistes, « ennemis de la religion, de la famille et de la propriété » 
 119-146
VI. Les espoirs illogiques. L’inflexibilité forcée du capital. Péjoration morale de tous les partis qui conquièrent le pouvoir, monarchistes, républicains et socialistes. Le suffrage universel et l’évolution fatale des candidats. Le « premier Mai. » Le dédoublement des partis 
 147-180

VII. Les Forces en lutte. Prodigieux outillage de répression. Alliance du maître et du valet. Manque de logique dans le fonctionnement des États modernes. La « suprême raison » des rois, le « droit du plus fort » 
 181-210
VIII. Puissance de la fascination religieuse. Progrès apparents de l’Église, devenue le refuge de tous les réacteurs ; impossibilité pour elle de s’accommoder à un milieu nouveau. Enseignement confié aux ennemis de la science. Enseignement de la nature et de la société. La science vécue et la science officielle. Appréciation vraie des choses ; diminution du respect 
 211-246
IX. Situation présente et prochain avenir. Naissance de l’Internationale. Les Grèves. Impuissance des ouvriers dans leurs grèves partielles contre la grande industrie. La grève des drapiers de Vienne, premier exemple de saisie des usines comme propriété collective. La grève générale et la grève des soldats. La solidarité des grévistes. Les associations communautaires. Difficultés d’adaptation à un milieu nouveau. Phalanstère du Texas et Freiland. Associations coopératives et sociétés anarchistes. La Commune de Montreuil 
 246-284

X. Dernières luttes. Future coïncidence pacifique, par l’anarchie, de l’évolution et de la révolution. L’ordre dans le mouvement 
 285-292